27/12/2019

Il était une fois... Caprica

En 2009, fort du succès mondial de "Battlestar Galactica", Ronald D. Moore, son créateur, lance un prequel intitulé "Caprica", nom de l'une des douze colonies de la série originale, qui se déroule 58 ans plus tôt et suit le destin d'un scientifique et puissant industriel, Daniel Graystone dont la vie bascule lorsque sa fille est tuée dans un attentat à la bombe. Cette dernière, extrêmement douée en programmation informatique avait au préalable créée une copie numérique d'elle-même, copie bel et bien vivante dans un monde virtuel accessible au moyen d'un hollow band, sorte de casque VR. Décidé à ramener la conscience de son enfant dans un robot, Graystone va provoquer une réaction en chaîne, dans un monde instable où s'opposent de nombreux peuples et religions, qui mènera à la création des cylons et par ricochet à la destruction des douze colonies. Très différente de sa grande sœur, "Caprica" débute sur un long pilote qui privilégie la réflexion à l'action n'accrochant pas immédiatement le public. Il faut attendre quelques épisodes et la mise en place de plusieurs intrigues secondaires pour que "Caprica" dévoile son énorme potentiel. Sans doute trop tard, le show ne parviendra jamais à s'imposer comme il l'aurait pu et sera finalement annulé après une unique saison de 18 épisodes. Pourtant, parmi ses atouts, "Caprica" pouvait compté sur un casting assez exceptionnel composé d' Eric Stoltz (Pulp Fiction), Esai Morales (Jericho), Polly Walker (Rome), Paula Malcomson (Ray Donovan), Sasha Roiz (Grimm) et de la jeune Alessandra Torresani révélation de cette fiction qui était d'ailleurs venue la présenter au Festival de Télévision de Monte-Carlo en 2010. De nombreux guests y participèrent également comme James Marsters (Buffy), Luciana Carro (Battlestar Galactica), Peter Wingfield (Highlander), Teryl Rothery (Stargate SG1) ou Patton Oswald (Les Agents du S.H.I.E.L.D.). "Caprica" obtint tout de même quelques nominations dans différentes cérémonies et notamment une à l'Emmy Award des meilleurs effets spéciaux. Ambitieuse et sans doute un brin en avance sur son époque, la prometteuse "Caprica" passa discrètement sur "SyFy", ne connaissant pas le succès sur le moment mais revenant peu à peu en grâce par la suite, étant découverte par un nouveau public, plus jeune et sans doute plus passionné par le sujet de la réalité virtuelle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire