14/09/2018

Peppermint: Une bonne série B malgré un scénario baclé

Quelques jours après sa présentation à Deauville en présence de son réalisateur, le très sympa Pierre Morel, "Peppermint" arrive en salles avec la promesse de voir un film d'action, porté par une femme, sur un thème largement exploité au cinéma: La vengeance.
Ainsi, on suit Riley North, une mère de famille dont la vie bascule lorsque sa fille et son mari sont abattus en pleine rue par un cartel de la drogue. Alors qu'elle n'obtient pas justice par les voies légales, elle disparaît puis réapparaît cinq ans plus tard, surentraînée et bien décidée à éliminer toutes les personnes liées de prêt ou de loin à ce double assassinat. Et on ne perd pas de temps, puisque le film démarre sur un rythme haletant qu'il parviendra à conserver jusqu'à la fin, ce qui n'est pas forcement un avantage dans ce cas, ce train d'enfer ne laissant que très peu de place aux scènes de fonds. Jennifer Garner est comme un poisson dans l'eau avec ce rôle très physique qui lui va à merveille et qui a du lui rappeler son heure de gloire et l'époque où elle incarnait Sydney Bristow dans le feuilleton "Alias". Autour d'elle, des seconds rôles qui ne distinguent pas vraiment, le boulot est fait mais il manque dans la distribution un acteur charismatique capable d'être l'alter-ego de Garner. Gros point fort du film, la réalisation très maîtrisé de Pierre Morel qui comme à son habitude offre de belles scènes d'actions, souvent invraisemblables mais bien cadrées et très agréables pour le spectateur. Gros point faible du film, le scénario qui tombe à chaque instant dans l’absence d'explications, le manque de soins des détails et la facilité jusqu'à l'ultime scène. Si dans le film-référence de Morel, "Taken", on se laisse convaincre par un homme seul qui vient à bout de toute une mafia, on nous prépare au préalable en nous informant que c'est un ancien super agent de la C.I.A. Ici,  Garner n'est qu'une mère de famille qui se prépare et s'entraîne, certes, mais on a bien du mal à croire qu'elle puisse acquérir aussi vite la maîtrise totale des armes, des explosifs et du combat  au corps à corps  d'autant qu'elle affronte des tueurs sans pitié. Toutefois, si l'on est pas trop regardant, "Peppermint"  reste un bon thriller, dark, vif et nerveux, qui pourrait, en cas de succès au box-office, devenir pourquoi pas une nouvelle franchise. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire