29/09/2018

L'Ombre d'Emily: Un étonnant thriller déguisé en comédie

Arrivée cette semaine en salles du film "L'Ombre d'Emily" un thriller réalisé par Paul Feig, pas vraiment spécialiste du genre, et porté par les comédiennes Blake Lively et Anna Kendrick. Ce long-métrage met en scène Stéphanie, une mère de famille serviable et dynamique, qui élève seule son fils depuis le décès accidentel de son mari, et Emily, working girl froide et narcissique, elle-aussi mère d'un petit garçon avec Sean, son mari, un écrivain en manque d'inspiration reconverti  professeur de lettres. Malgré le fait que tout les oppose, elles vont devenir amies, très amies mêmes jusqu'au jour où Emily disparaît mystérieusement sans laisser de trace. Stéphanie va se mettre dès lors  à tout faire pour la retrouver, découvrant peu à peu qu' Emily n'était pas celle qu'elle croyait. Si le synopsis de départ est quelque peu classique, l'originalité de ce film réside dans le traitement et la mise en scène qui cassent les codes du thriller pour reprendre ceux de la comédie, un postulat un peu déstabilisant au départ auquel  on se fait plutôt bien en avançant dans l'intrigue. Ainsi la musique est omniprésente, et le choix du réalisateur s'est porté vers des titres français des années 60-70, de Gainsbourg, Hardy ou Dutronc, donnant à son film un côté désuet qui colle à merveille au personnage de la si sage et si douce Stéphanie. De même certaines scènes superflues de comique de situation viennent interrompre la narration, faisant redescendre une tension qui n'a, malheureusement, jamais le temps de monter très haut, c'est sans doute le seul bémol du film. Autour du duo star, on retrouve dans des seconds rôles les comédiennes Jean Smart et Linda Cardellini et les inconditionnels de "X-Files" reconnaîtront dans l'une des toutes dernières scènes Chris Owens alias Jeffrey Spender, le demi-frère de Mulder dans la série culte de Chris Carter. "L'Ombre d'Emily" est donc un film plaisant, au scénario pourtant assez noir avec l’évocation de sujets graves, mais qui sont absorbés voir même occultés par l'aspect comique voulu par Paul Feig. Le spectateur est tenu en haleine jusqu'à la fin, les rebondissements se succédant les uns aux autres, avec jusqu'en dernière minutes cette oscillation entre drame et comédie, un peu comme si "Gone Girl" rencontrait "No Pain No Gain". "L'Ombre d'Emily" s'adresse vraisemblablement  à un public plutôt jeune et pas trop conservateur qui adorera ce mélange des genres, certains fans de thriller pur resteront peut-être plus sur leur faim. En tous cas, Feig propose ici une belle figure de style tout en équilibre, ce qui n'est pas si courant au cinéma actuellement. A voir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire