09 septembre 2018

Deauville 2018: Thunder Road s'impose

Le 44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville s'est achevé hier soir avec la proclamation du palmarès et la victoire logique de la comédie "Thunder Road" de et avec Jim Cummings qui repart avec le Grand Prix alors que "Night Comes On" de Jordana Spiro avec Dominique Fishback et "American Animals" de Bart Layton remportent ex-æquo le Prix du Jury. Le film "We the Animals" de Jeremiah Zagar est récompensé pour sa part par le jury révélation et Marc Turtletaub remporte le Prix du Public avec son "Puzzle".
Un festival marqué par plusieurs événements tels que la venue de l'équipe de Jacques Audiard pour le western "Les Frères Sisters", que le public attendait avec énormement d'enthousiasme, et dont les protagonistes, spécialement le comédien Joaquin Phoenix, n'ont absolument pas joué, ou très peu pour les caméras, le jeu des selfies et des autographes alors même que le festival s'était donné la peine d'aller jusqu'à inventer un prix d'honneur pour leur venue. Autre fait marquant, la présence cette année, hors compétition, de quatre metteurs en scènes français: Mélanie Laurent, Pierre Morel, Fabien Constant et Jacques Audiard, précédemment évoqué, signe que les frenchies s'exportent bien. De cette 44ème édition, on retiendra également la bonne qualité des films en compétition malgré des thématiques souvent difficiles, la faiblesse des tapis rouges  sur lesquels le cinéma français s'est fait plutôt discret à l'exception de quelques habitués, une bagarre entre vendeurs d'autographes au moment même où l'actrice Sarah Jessica Parker inaugurait une cabine de plage à son nom et la grande classe d'un Morgan Freeman, tout sourire, honoré pour l'ensemble de son oeuvre et auteur de remerciements en français.
Une manifestation à la programmation plutôt réussie malgré des annonces finales extrêmement tardives, à peine quelques jours avant l'ouverture, mais à l'ambiance en demi-teinte, les festivaliers lambda souffrant de plus en plus d'un manque d'accessibilité à la fois aux salles, le pass festival étant relativement onéreux mais également aux acteurs, surprotégés et parfois même empêchés d'aller à la rencontre de leurs fans par les services d'ordres.
La plus grosse satisfaction de cette édition 2018 ne serait-elle pas la météo très agréable qui permit les retrouvailles entre cinéphiles et amis pour des discussions enflammées ? Chacun se fera son idée...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire