10/11/2018

Sale Temps à l’hôtel El Royale: Un polar efficace aux inspirations marquées

Sortie cette semaine, avec une relative discrétion, du polar "Sale Temps à l'Hôtel El Royale" de Drew Goddard qui nous entraîne à la fin des années 60, à l'Hotel El Royale, dont l'argumentaire de vente principal est qu'il est construit à cheval sur deux états: La Californie et le Nevada. Dans une ambiance à la Agatha Christie plusieurs clients vont s'y retrouver bloqués par une tempête le temps d'une nuit à laquelle ils ne survivront pas tous. Dès les premières minutes, la chose frappante est le soin apporté aux décors, aux costumes et à la musique, presque un personnage à elle-seule, qui vont y être pour beaucoup dans le succès de ce film au démarrage rapide, dévoilant un à un les différents protagonistes mais également des éléments-clés, sous forme de chapitres, comme l'avait fait auparavant Tarantino dans "Les Huit Salopards" avec une trame qui présentera de nombreux points communs et un parti pris de monter plusieurs fois les mêmes scènes sous des angles différents pour situer tout le monde au moment de l'action. Tout est millimétré et digne des meilleurs huit clos jusqu'à l'introduction du dernier comparse, sorte d'élément perturbateur et dévastateur, fantasque et fantaisiste. Le film prendra alors un virage quittant le strict style policier pour rejoindre un genre plus noir et décalé. Au casting, on retrouve notamment le toujours charismatique Jeff Bridges, Cynthia Erivo qui sera prochainement à l'affiche des "Veuves", les omniprésents Dakota Johnson et Jon Hammun Chris Hemsworth surprenant et la révélation du film  Lewis Pullman fils de Bill qui reprend donc le flambeau familiale avec un talent indiscutable. Les 140 minutes du film passent relativement vite, les rythme étant assez constant et les rebondissements suffisamment bien placés pour nous tenir en haleine.  Si on ne peut pas dire que "Sale Temps à l'Hôtel El Royale" soit un indispensable, c'est pour le moins un très bon film doté d'un charme un peu désuet et d'une bonne intrigue, le tout servi par une distribution de qualité. On ne boude pas son plaisir.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire